Texte de soutien : EELVons le débat au delà de l'hypocrisie suicidaire

Publié le par Vincent Bessat

Pourquoi voter Vincent BESSAT, première circonscription, et Dominique DUMAZEL, seconde circonscription du Cantal ?

Comment peut-on oser, aujourd'hui, continuer à fonder un programme politique sur la croissance économique et le redressement productif? Quelle voix s'élève aujourd'hui, sinon celle d'EELV, pour dénoncer comme seule alternative au libéralisme de la rigueur, le libéralisme re-sucé de la croissance. C'est une honte. Réfléchissez : à qui vont profiter les 230 millions d'euros destinés à l'improbable boum européen ? Comment croire à une telle supercherie ?

Le coeur du programme EELV s'appuie au contraire sur l'observation des symptômes patents produits par cette civilisation de l'autruche : dérèglement climatique, pollutions en tous genres augmentation de la pauvreté au profit de la minorité qui ravage la planète, et menace d'une catastrophe nucléaire qui polluera pour des milliers d'années notre beau Cantal. Et oui ! Sortons la tête de notre aile. Politique de l'autruche. On est si bien ici. Inconscience qui n'a d'égal que la volonté prédatrice de la minorité riche et au pouvoir...

Oui, le problème nucléaire est le plus puissant révélateur de notre inconscience suicidaire. En sortir est pour moi la priorité des priorités dans notre beau Cantal. Je n'ai pas peur du nucléaire. Je suis atterré qu'on n'ose toujours pas regarder les choses en face. Demain, irez-vous encore cueillir des champignons dans nos hêtraies splendides ? Pourrez-vous encore faire votre jardin mijoté à la sauce césium 137 ?

Sortir du nucléaire (et du tout pétrole) est pour moi le coeur du programme EELV, car il signifie la nécessité d'une réflexion sur notre boulimie énergétique, une véritable transition énergétique qui en annonce nécessairement une autre : transition économique vers une relocalisation, et surtout transition vers une façon de vivre ensemble respectueuse (des hommes et du vivant), solidaire, fraternelle. Peut-on m'aider à remplacer mon ballon électrique par des capteurs solaires et à installer mon éclairage en leds ? Oui, ces questions simples, soutenues par un gouvernement qui y croirait, serait un puissant levier pour une société qui chercherait vraiment le bonheur de vivre. Cette exigence citoyenne pour un bonheur aujourd'hui faisable commence par le refus de l'innommable : une planète radioactive. Le reste suivra. Un peu de courage que diable !

Dominique MERIGOT, psychologue, maire-adjoint de Brezons

 

Publié dans législatives 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article