Résultat...

Publié le par Vincent Bessat

Le cycle électoral présidentielle – législative s’achève, un peu comme il avait commencé.

Mal.

Nous avons pourtant fait une belle campagne, originale et remarquée, parfois même copiée. Mais cela n’a pas suffit.

Avec 2.6 % des voix, nous n’avons pas réussi le pari que nous nous étions fixé de passer le cap symbolique des 5 %

Avec  1 049 voix, nous n’augmentons que de 178 voix le score obtenu par Eva Joly sur cette circonscription.

Lorsqu’on regarde l’ensemble de la région, notre score est semblable (et même meilleur !) à celui des copains candidats en autonomie.

Nous vous  avions demandé de donner du poids à l’écologie. Cela n’a pas été le cas. Une fois de plus, le vote soit disant « utile et efficace » a fonctionné à plein : 2 candidats font plus de 84 % des voix à eux seuls, laissant des miettes aux 7 autres candidats.

Dans ce premier tour, le débat d’idée n’a pas eu lieu, et a laissé la place à un combat d’hommes s’invectivant sur leurs capacités respectives.

Comme dit à la presse, je crains pour la démocratie, car je crains pour le pluralisme, qui est une composantes indispensables à son existence.  Le vote d’adhésion a disparu pour laisser place à un vote tactique, où nos concitoyens transforment le premier tour en un premier vote de deuxième tour.

Est-ce pour autant une remise en cause ou un rejet de nos idées ? Je ne le crois pas.

Est-ce une inadéquation entre notre discours et les attentes de la population ? Peut être. Mais pas seulement.

Nous n’échapperont pas à une réflexion collective sur les raisons qui ont amené tous les candidats de France, en autonomie, à faire moins de 5 %, malgré l’urgence écologique.

Aujourd’hui, même si le moment est difficile, nous ne sommes en aucun cas abattus, encore moins résignés !

Notre cause est juste. Soyez en certain. Si elle ne rencontre pas aujourd’hui  l’audience escomptée, elle sert de vision pour demain, et de vecteur de rassemblement pour celles et ceux qui croient qu’un autre monde est non seulement possible, mais aussi nécessaire.

Que nos adversaires le sachent : nous restons combatifs : ceux qui espèrent  avec la faiblesse de notre score en la disparition de l’écologie se trompent. Ils en seront pour leurs frais ; ce résultat ne leur donne pas un permis de bétonner, et n’est pas plus un encouragement au VRP du bitume ou aux flingueurs de droits humains ou sociaux.

On ‘est toujours là.

Et on continuera.

Je finirai ce mot en remerciant les 1049 personnes qui nous ont apporté leurs suffrages, celles, qui nous ont fait part de leur sympathie en ces moments difficiles, mais aussi et surtout celles et ceux, nouveaux pour beaucoup, qui nous ont accompagnés dans cette campagne. Nous avons partagé de bons moments qui resteront comme un ciment pour nos combats futurs.

Pour autant, le travail n’est pas fini.

Parce qu’EELV est une composante de la majorité présidentielle, parce nous savons où nous habitons, il nous reste à travailler pour la victoire du camp de la gauche et à œuvrer pour le recul de la droite conservatrice dans ce département.

L’enjeu est de taille.

C’est pour cela que nous devons être clair, voter  et appeler à voter pour Alain Calmette, le candidat socialiste qui devient le candidat de la gauche dans son ensemble.

Et cela malgré notre amertume après s’être ainsi fait siphonner par le vote utile.

Malgré le fait que sur le beau 8 pages de ce candidat, il n’y ait pas eu un mot sur l’environnement.

Malgré  ce que l’on pense sur la parité, sur le non- cumul des mandats, et leur pratique en la matière.

Malgré le fait qu’on aura vraisemblablement à s’opposer sur un ou plusieurs dossiers locaux.

Malgré tout, voter et faire voter pour le candidat socialiste sera notre honneur et notre loyauté envers le camp de la gauche.

Pas une voix écologiste ne dois manquer.

La victoire, souhaitable et nécessaire, de la gauche est aujourd’hui possible.

Soyons en un de ses artisans convaincus.

Amitiés.

Vincent BESSAT

11 Juin 2012

Publié dans législatives 2012

Commenter cet article