Duflot : «Une candidature écologiste est utile»

Publié le par Vincent Bessat

Par Rodolphe Geisler
09/03/2011 | Mise à jour : 08:02

La secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts Cécile Duflot estime que face à la montée du FN, «la gauche ne devrait ni paniquer, ni relativiser, mais construire une réponse sur la question des valeurs de la République».

LE FIGARO - Face à l'hypothèse du FN au second tour de la présidentielle , la présence d'un(e) candidat(e) écolo se justifie-t-elle toujours ?

Cécile Duflot - J'ai toujours dit que l'élection présidentielle était une mauvaise élection, qui efface les vrais débats, mais ce qui fait monter Mme Le Pen, c'est le désarroi des Français par rapport à la politique en général. Les stratégies de «cordon sanitaire» ou de «front républicain», ont échoué. À chaque fois qu'on renforce la bipolarisation, c'est le Front national qu'on renforce, avec sa rengaine de la haine. Au contraire, les écologistes sont un vote d'alternative, de renouveau et d'espoir.

C'est-à-dire que, pour vous, le scénario le plus probable est celui d'un «21 avril inversé» ?

Je ne suis pas là pour faire de la politique-fiction. Ma conviction, c'est que dans un sens ou dans un autre on ne combattra pas l'extrême droite par de l'arithmétique, mais par de la politique et des idées. La gauche ne devrait ni paniquer, ni relativiser, mais être audacieuse pour construire une réponse politique sur la question arton3916.jpgdes valeurs de la République et du sens de l'intérêt général. Une candidature écologiste n'est pas un choix tactique ou identitaire, nous sommes convaincus qu'elle est utile, aujourd'hui comme dans un an. On ne va pas faire campagne avec un procès en illégitimité permanent sur la perti­nence de notre candidature.

En attendant, au Parti socialiste, François Hollande appelle au «vote utile» dès le premier tour des cantonales pour éviter la présence de l'extrême droite au second…

Le vote écologiste est doublement utile. Il élargit le rassemblement lors du second tour, et il permet de combattre le Front national par des valeurs alterna­tives. Il en est de même pour la présidentielle: quel que soit le candidat de gauche qui sera sélectionné au second tour, il aura besoin d'un nouveau souffle pour relancer sa campagne. Mais cette dynamique de second tour ne sera possible qu'à condition que les partenaires se respectent, et cela ne sera crédible qu'avec un projet qui rompt avec les vieilles recettes

 

Commenter cet article

Mathieu 18/03/2011 10:53



Vote fondamental, même, vu ce qui se passe actuellement au Japon...