Déchets : Pour une solution exigeante, locale, publique et concertée !

Publié le par Vincent Bessat

EUROPE ECOLOGIE – LES VERTS CANTAL

DOSSIER DE PRESSE

DECHETS MENAGERS : 

UNE SOLUTION RESPONSABLE ? 

ELLE SERA EXIGEANTE, LOCALE, PUBLIQUE ET CONCERTEE !


Au travers de la question des déchets, c’est toute la société de consommation (de sur  –

consommation !)  qui est donnée à voir : nos habitudes d’achats, le culte du jetable, du prêt-à-

consommer, notre indifférence à notre production quotidienne de détritus (moyenne de plus de 1kg 

par jour et par habitant)…

Pourtant, cette question n’intéresse que peu de monde, que ce soit au niveau de nos « grands » élus, 

que l’on entend guère sur le sujet,  mais aussi au niveau du débat citoyen.  Pour autant, cette

problématique ne doit pas concerner que les  seuls  riverains de sites actuels ou potentiellement à 

venir. Elle ne peut non plus se limiter à des polémiques et à des instrumentalisations. Cette question 

de société mérite un débat bien plus large, plus large notamment que la seule question finale de la 

localisation des installations de traitement.

Aussi, à la veille de la révision du Schéma Départemental de traitement et d’élimination des déchets

du département du Cantal, Europe Ecologie – Les Verts Cantal tient à faire connaître ses orientations, 

défendues notamment par ses élus dans les instances démocratiques. Europe Ecologie  – Les Verts 

Cantal  souhaite par le présent communiqué affirmer et assumer ses choix, et espère que chaque 

acteur de ce débat exprimera clairement et publiquement ses positions sur cet enjeu de société.


Pour une exemplarité environnementale !


Le seul bon déchet, c’est celui qu’on ne produit pas !  Plus qu’une formule choc, cela signifie que 

plusieurs actions doivent être initiées ou poursuivies. Tout d’abord celles à l’égard des industriels, 

pour la réduction des volumes  de déchets présents dans les produits commercialisés, et limiter le 

« sur-emballage », mais aussi celles à l’attention des consommateurs que l’on doit inviter à plus 

« d’éco-consommation » ou de consommation responsable.Localement, les initiatives de prévention des déchets doivent être soutenues et encouragées, des 

budgets conséquents  sont à engager pour une prise de conscience citoyenne et une plus grande 

responsabilisation des actes d’achats.

De même, le tri doit être toujours plus performant et fortement encouragé localement, notamment 

en dotant les citoyens de services de collecte adaptés. Il doit constituer une vraie priorité pour les 

autorités en ayant la compétence, et pas seulement pour atteindre les objectifs du grenelle. La 

valorisation matière doit être privilégiée, et à défaut, la valorisation énergétique.

Les reclycleries-ressourceries sont aussi à développer sur notre territoire, car  elles permettent de 

donner une seconde vie aux déchets. Notons combien ce secteur peut être porteur d’emplois dans 

l’économie sociale et solidaire.

Ce qui n’aura pu être trié et valorisé doit être traité avec des techniques respectueuses de 

l’environnement et des riverains. Il est ainsi à proscrire les simples décharges, mais aussi 

l’incinération.

L’incinération ne peut être une solution viable et responsable, et Europe Ecologie – Les Verts Cantal

s’opposera fermement à tout retour éventuel à cette technique, même si elle devait se mettre en 

œuvre à des niveaux de coopération interdépartementale. Nous nous félicitons à ce titre de la 

fermeture et du démantèlement de l’incinérateur de l’hôpital.

Le bio-réacteur, à l’étude actuellement, paraît être une solution viable. Non seulement c’est une 

technique réversible, mais en plus il permet de changer les regards sur les déchets, les transformant 

en source d’énergie renouvelable par la production d’électricité et de chaleur. De plus, la 

proportionnalité de ses coûts de fonctionnement ne risque pas d’entrainer de velléités à l’alimenter 

au maximum pour le rentabiliser, chose qui serait contradictoire avec des objectifs de réduction à la 

source et de tri.

 

Pour une gestion locale !


Aujourd’hui, pour de nombreux responsables, la tentation est réelle de vouloir se débarrasser du 

problème, en se débarrassant de nos déchets chez un voisin lointain!

On ne peut, comme cela a trop été entendu, se prévaloir de défense de l’environnement tout en 

prônant l’exportation des déchets, même après un tri optimisé et une valorisation maximum !!!

Nous ne nous y trompons pas. Le vrai débat actuel est là : traiter localement ou pas nos déchets.

Europe Ecologie – Les Verts émet un refus catégorique de cette solution de facilité qui engendrerait 

une noria quotidienne de camions vers un site éloigné de plus de 200 km ! Cette solution ne peut 

être que transitoire. Car l’exportation, si elle était choisie de façon pérenne, aurait inévitablement un 

triple coût : Bien sûr un coût financier, qui se répercuterait inévitablement sur les ménages, mais qui 

n’est peut être pas le plus important, comparé au coût environnement et moral. En effet ce coût 

environnemental n’est pas à démontrer, à l’heure où la prise de conscience est réelle sur la nécessité 

de réduire les émissions de CO2, de lutter contre l’effet de serre et le réchauffement climatique. Le coût serait aussi évidemment moral : comment accepter d’aller vider  consciencieusement  ailleurs

des poubelles produites localement ?

 

Pour une gestion publique !


Cela parait indispensable : seule une gestion publique peut permettre plus de transparence, 

notamment en cas d’incident, mais aussi permettre un contrôle citoyen et une maîtrise des coûts. 

Comment ne pas rappeler qu’avec l’exportation, c’est une société privée qui tire profit de nos 

déchets ? Comment ne pas craindre de ce fait une explosion des coûts, qui pourra notamment être 

prétextée du fait de l’augmentation des frais de transports ou encore de l’augmentation, selon leurs 

termes, des « contraintes environnementales », ou enfin tirer profit du fait qu’ils seront 

vraisemblablement les seuls à pouvoir nous rendre ce « service », profitant ainsi d’une situation 

monopolistique.

Parce qu’attaché au service public, Europe Ecologie – Les Verts Cantal  souhaite que la gestion des 

déchets reste publique.

 

Pour une gestion concertée !


Les citoyens devront être parties prenantes de ces choix, car tout au long du cycle de vie des déchets, 

ils  sont  des acteurs capitaux, depuis leurs actes d’achats jusqu’au tri et l’utilisation de services de 

collectes, de déchetteries, de services de traitement. Ces choix devront être ceux des citoyens, et 

non ceux des seuls élus ou riverains.

La validation définitive du lieu d’implantation du bio réacteur devra être elle aussi concerté. Europe 

Ecologie – Les Verts Cantal ne prend pas position pour ou contre  Branviel a priori. Nous comprenons 

les interrogations et  craintes émises par les riverains mais  souhaitons que tous les sites potentiels 

puissent être étudiés de façon approfondie avant de  nous déterminer, que les fouilles  de 

caractérisation si nécessaire soit faites, et que par la suite soit débattu largement et objectivement 

les intérêts et limites de chaque site.

Cette concertation devra permettre le débat ainsi que le choix final établi à partir de critères objectifs 

admis par le plus grand nombre.

Rappelant que la non violence fait partie du socle fondateur de l’écologie politique, Europe Ecologie 

– Les Verts Cantal  tient à rappeler qu’il ne peut y avoir de  débat là où il n’y a pas de respect, et 

condamne toutes les formes de violences, qu’elles soient verbales ou physiques.

C’est par l’intelligence collective, la co-élaboration, la transparence, le débat démocratique et non les 

tribunaux, que ce dossier trouvera une issue favorable, issue indispensable. Cela fait maintenant trop 

longtemps que ce dossier n’est pas réglé ! A chacun  -citoyens, élus, responsables d’organisations- de 

s’en emparer, de faire vivre le débat et de prendre ses responsabilités.

Publié dans Cantal

Commenter cet article