D. VOYNET : "Election de Nicolas Sarkozy : un grand bond en arrière"

Publié le par Vincent Bessat

Par Dominique Voynet, Dimanche 6 Mai 2007 à 20:00
Les électeurs ont fait leur choix ; je le respecte.
L'élection de Nicolas Sarkozy n'est pourtant pas une bonne nouvelle, pour les jeunes des banlieues, assignés à résidence dans leurs quartiers, pour les précaires, sommés de « travailler plus » et de façon générale pour les plus modestes, pointés comme les "maillons faibles"d'une compétition sans merci.
Ce n'est pas non plus une bonne nouvelle pour la planète.
Le programme de Nicolas Sarkozy, inspiré de la révolution néo-conservatrice à l’américaine, ne se contente pas de faire l’impasse sur le défi écologique.
Il nous fait courir le risque de nouveaux retards, de nouveaux dégâts.
Pétroliers et marchands d'armes, firmes semencières et majors de l'eau, industries pharmaceutiques et bétonneurs...Tous ont soutenu Nicolas Sarkozy ; tous exigeront les dividendes de leur mise, le droit de déréguler, précariser et polluer, sans entraves !
Nos enfants vivront au milieu du siècle les effets concrets de la crise écologique : le changement climatique, l’épuisement des ressources, l’extinction de bien des espèces vivantes, la fracture nord-sud...
Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre cinq années, pour imaginer ce que seront nos vies demain, pour inventer les solutions qui nous permettront de construire une société plus fraternelle et plus responsable, pour sortir de la société de tous les gaspillages.
Et ce n'est pas en revenant à la France d'avant 68 que l'on pourra préparer l'avenir.
J'invite les écologistes à ne pas baisser les bras, à l'image des élus Verts, qui se battent dans les villes et les régions, pour des choix qui préparent l’avenir des générations futures.
Les 10 et 17 juin, j’appelle les citoyens à élire les députés Verts sans lesquels l’Assemblée nationale continuera à faire les lois comme si demain devait ressembler à hier.
Le temps viendra vite, où il appartiendra aux Verts comme à tous les démocrates qui refusent la main-mise d'un seul parti sur la vie politique en France, de tirer les conséquences de l’échec d’aujourd’hui, en termes d'organisation comme en terme de projet.
Loin des clivages artificiels entre une gauche de gouvernement, prompte à se renier quand elle accède au pouvoir, et une gauche radicale, qui refuse soigneusement de se mettre en situation de l'exercer, il nous faudra résister, avec le souci de protéger les plus modestes, qui seront les premières victimes des mesures prises par le nouveau gouvernement ; il nous faudra restaurer les fils du dialogue avec les citoyens, rompus de longue date et jamais véritablement renoués; il nous faudra renouveler notre réflexion en profondeur.
Une seule certitude : Il n'y aura pas de raccourci : pour gagner demain, la gauche - et les écologistes - devront savoir tirer les leçons de leur échec.
 

Commenter cet article

Bruno de Toulouse 13/06/2007 17:54

Cher Vincent,Je tenais à te laisser ce petit message même si je ne partage pas tes convictions politiques et que j'adhère entierement à celle de l'ump; il n'en reste pas moins qu'il existe des hommes et femmes politiques de tout bord qui possèdent de grandes qualités, et tu fais parti de ces gens là, intègre et qui croit en ce qu'il dit;Mais revenons à des faits plus politiques et j'aurais une modeste analyse à te soumettre : Pourquoi Les Verts ont toujours voulu se positionner à gauche? il me semble qu'il aurait été plus ingénieux que vous restiez vous-Même, avec vos propres convictions sans aller flirter avec un parti socialiste moribond, qui ne pense qu'à une chose sauver son propre camp au détriment des autres composantes de la gauche!Les verts auraientt tout à gagner de défendre leurs convictions sans se soumettre à une gauche qui est devenu aujourd'hui ringarde et qui devra fortement se rénover si elle veut revenir un jour aux affaires ( Les Fabius and co, les français n'y croit plus ) ILs ont fait leur temps comme les chirac giscard and co.Place à la nouvelle génération!Cher Vincent, continue ton combat et garde toujours ton intégritéBruno