déclaration de candidature

Publié le par Vincent Bessat

Déclaration faite à la presse, ce we. (et en avant premeire pour vous, lecteurs de ce blog!)
 

Bonjour, vous le savez, au niveau mondial comme national, des urgences sont là :

   
Urgence environnementale (Réchauffement climatique, atteintes à la biodiversité, eau, OGM, mais aussi les risques liés au nucléaire…)

  

Urgence sociale, (combattre les injustices, les précarités, relancer les services publics, l’éducation…)


 Urgence démocratique  (démocratie participative, proportionnelle, référendum d’initiative populaire, reconnaissance du vote blanc, reconnaissance des droits de vote aux immigrés…)

 

 

 
De ces urgences, le Cantal en est il exempt ? 

 

Notre coin d’Auvergne serait il une belle exception où tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes ?
 

Vous savez bien que NON :


Non pour ce qui est des urgences environnementales dans le Cantal :


                -         Le réchauffement climatique ici aussi fait subir ses conséquences : la tempête de 99, la                         sécheresses vont elles devenir la norme, durant nos étés, dans le cantal, pays d’eau ?)


-         Les pollutions de l’eau se multiplient (que ce soient aux nitrates sur la planèze ou plus récemment à l’arsenic dans 13 communes de la châtaigneraie)


-          La question des déchets n’est toujours pas réglée de façon satisfaisante sur l’arrondissement d’Aurillac : les décharges sauvages sont toujours légion et le risque de relance d’un projet d’incinérateur toujours présent.


-       Des taux de radons, issus des anciennes mines d’uranium, très largement au dessus des seuils admissibles, sont constatés à Saint Pierre…


-         Des pratiques agricoles intensives et productivistes, et parfois même touristiques, sont dégradantes pour le milieu…


Non pour ce qui est des urgences sociales dans le Cantal : 

 

                -            Le salaire moyen est de 15268 euro dans le Cantal, contre 18900 en moyenne                                          nationale, soit près de 20 % de moins…


-         16 678 Cantaliens ne bénéficient pour vivre que des minima sociaux, soit près de 14 % d’entre nous…


-         Le chômage est faible ? Les jeunes privés d’emplois s’en vont : 10 400 départs de jeunes de moins de 25 ans entre 1990 et 1999, soit plus d’un jeune sur 5 condamné au départ (22%)

 

-      Un agriculteur sur 4 a cessé d’exercer durant ces derniers 10 ans (-26.8%), et 1 commerçant ou artisan sur 4 à fermer la boutique (-18.2%)…


-         Les exploitations agricoles individuelles sont passées de 8 482 à 5492, c’est moins 35% !!!


-         Autre idée sur les revenus : quand un français sur deux (52.7%) est imposable sur le revenu, seuls 39.5% des foyers cantaliens le sont, montrant ainsi les faibles revenus globaux et classant le revenu moyen des cantaliens en 94ème position, sur 95 départements…

 

 
Non pour ce qui est de urgences démocratiques :

 


            -         Dans de nombreux cas, les populations ne sont pas associées aux prises de                           décisions     

 

           -          Le droits des migrants et des sans papiers qui ici, comme partout en France, n’est pas                         reconnu

   

-         Le mille feuille institutionnel (commune, puis communauté de commune, canton, pays, région, état, Europe) ne rend pas transparents les prises de décisions pour le citoyen, et permets souvent aux élus de se renvoyer la balle… ou la patate chaude !

 

 

Alors au vu de tout cela, de toutes ces urgences franchement, on fait quoi ?


On attend sans rien dire et on constate, chaque jour un peu plus, ici chez nous comme partout ailleurs, les carences de démocratie, les casses sociales et les destructions environnementales ?

 


Pour nous, c’est non !

 

 

Aussi, malgré les difficultés que cela comporte et le contexte politique étrangement peu favorable, nous nous présenteront aux électeurs, Lionel Roucan et moi, lors des prochaines élections législatives pour vous dire, avec force et conviction que L’écologie politique est un projet global, un projet de société, où nous donnons la priorité au respect de la planète et de l’homme qui n’est que son locataire.


 

Car nous ne sommes pas candidats pour nous faire plaisir ou encore pour un je ne sais quel concours de « flatte ego », mais par la conviction de l’extrême nécessité d’inverser les priorités des politiques publiques nationales.


 

Faisons du combat contre les injustices environnementales, sociales et démocratiques notre exigence, notre priorité absolue !
 


Ne croyez vous pas que la France et surtout un département comme le notre, aurait tout à gagner à faire des choix politiques écologiquement responsables et enfin courageux, faisant du développement durable son modèle ?

 

 

Ne croyez vous pas que le Cantal aurait tout à gagner,surtout sur le plan économique à jouer la carte de l’excellence environnementale ?

 

 

Nous viendrons vers vous régulièrement pour vous faire part de nos propositions en ce sens.

 

Car pour nous il est naturel de parler d’environnement, d’un nouveau contrat social, de projet économique solidaire, de démocratie pour tous, de république laïque et rénovée, de l’Europe sociale et fédérale, de droits humains tout simplement : c’est pour nous le sens premier de notre engagement.

 

On ne fait pas d’écologie sans les écologistes !

Publié dans Législatives 2007

Commenter cet article

Tartaud-Gineste Cédric 04/07/2007 18:00

Merci de défendre ma liberté de penser, je n'en attendais pas moins :-)Ne vous méprenez pas sur mes positions, je ne dénonce pas ici un complot gauchiste quelconque, j'ai tendance à privilégier l'action et saluer les initiatives plutôt que les étiquettes. Ecolo ou autre, vous avez mon attention de la même manière.Je ne doute pas de la "rigueur" institutionnelle de la CCI et de l'INSEE mais je crois me souvenir que les chiffres que vous proposez sont une sélection de ces institutions et les commentaires qui les entourent sont les vôtres, pas les leurs....Amicalement

Vincent Bessat 21/05/2007 14:42

Vous êtes libres de vos commentaires... Mais pour ce qui est des chiffres cités, ils ne sont pas de moi : ce sont ceux de la CCI publiés dans Cantal Eco et que vous retrouverez facilement sur internet ! Et ces chiffres sont basés sur des enquêtes INSEE... Et à ma connaissance, aussi bien la CCI que l'INSEE ne sont pas réputé être un repère de gauchistes ou autres écologistes... ;-)AmitiésVincent BESSAT

Tartaud-Gineste Cedric 17/05/2007 13:06

Monsieur,Par votre récente déclaration de candidature aux législatives, vous évoquez un certain nombre de points, il me semble que certaines précisions s'avèrent nécessaires. Vous dénoncez les urgences climatiques et je ne peux, après des années de cyclisme dans les rues de Paris, que saluer votre action, j'aurai souhaité voir les verts du Conseil de Paris être aussi écolos !Je ne peux m'empecher de revenir sur le différentiel qu'il existe au niveau du locatif dans le Cantal en général et sur le bassin d'Aurillac en particulier... 30 m2 ça ne coûte pas le même prix en intra-muros et à Salers... Vous dénoncez, certes, la "moyenne" des salaires, inférieure à la moyenne nationale, mais j'aimerai plus de précision (s'agit-il de calculs moyens des grandes agglomérations françaises, s'agit-il de zones rurales enclavées comme le Cantal, telles que la Lozère, la Creuse etc etc)??? A titre personnel , j'adorerai que les loyers parisiens soient au même prix que les loyers cantaliens (où je ne pense pas que 28 m2 se louent à 750 €?)Vous me pardonnerez également mes faiblesses en arithmétique mais je me suis livré à un calcul gratuit, sachant que la population du Cantal est de 150778 habitants, j'en arrive à 21109 habitant pour faire 14%... sinon 16678 habitants, ça donne 11%. Je ne doute pas qu'il s'agisse d'une coquille et je voudrais sur savoir si vous disposez de la répartition par commune de ces prestations, pour mettre en avant les disparités au sein du territoire.Comme vous le savez, la non mise en valeur d'une politique forte d'aménagement du territoire entretient des difficultés.En ce qui concerne le raccourci chômage/départ des jeunes, je voudrais revenir sur quelques aspects de la vie, un départ à 18 ans et un départ à 24 rentrant dans les même critères que vous énoncez, vous savez pertinnement que les choix professionnels sont autres. Quid des Jeunes qui, un fois bacheliers, partent à la Fac ou en grandes écoles, mes années d'études à La Catho de Paris; à la Sorbonne ou à l'EPHE m'ont fait rencontrer par dizaines des jeunes du Cantal de moins de 25 ans, montés faire des études et surement pas "fuir" un département. De plus je trouve dommage que dans cet étalage de chiffre, vous n'insistiez pas sur l'installation de dizaines de familles dans le département, parents dans beaucoup de cas, contribuant ainsi au renouvellement démographique du Cantal.Issu du monde agricole par mes grands-parents du côté de Saint-Bonnet de Salers, je ne trouve pas révoltant que les "parcelles" individuelles aient baissé. J'aurai plutôt tendance à penser que certaines propriétés se rassemblent, se modernisent et du coup s'optimisent! On peut faire de l'agriculture de qualité, comme c'est le cas dans le Cantal, tout en rationnalisant les expoitations. A moins que les 35% ne soient un chiffre agité pour dénoncer une autre réalité, et là, vous avez toute mon attention.J'espère que nous saurons nous retrouver pour un politique de développement durable qui ne tombe pas sous la houlette d'une formation politique quelconque...Car si la Terre n'appartient pas à l'homme, l'Ecologie n'appartient pas aux Verts !Cordialement