Auvergne : Dominique Voynet demande la transparence sur les subventions régionales (700 000 euros pour Limagrain et consorts...)

Publié le par Vincent Bessat


Mardi 9 janvier, le Conseil Régional d'Auvergne examinera, lors de sa session budgétaire, l'octroi d'une subvention de 700 000 euros sur trois ans au projet « Céréales vallées » porté par le semencier Limagrain dans le cadre des pôles de compétitivité.

Limagrain, premier semencier de l'Union européenne, ne cache pas ses intentions d'asseoir son développement sur celui des OGM.

En violation de l'engagement du Conseil Régional pour une Auvergne sans OGM,   la subvention à Limagrain a été adoptée en Commission permanente. Seuls les élus Verts s'y sont opposés.

Une manifestation pour réclamer « une expertise indépendante sur les finalités réelles du projet subventionné » aura lieu devant le Conseil Régional d'Auvergne à l'ouverture de la session. Dominique Voynet a envoyé le message ci-après aux Verts d'Auvergne à cette occasion.



« Chers amis,

Je ne pourrai être des vôtres ce matin. A l'heure où vous manifesterez pour demander la clarté sur la subvention accordée à Limagrain, je présenterai les voeux des Verts à Paris, en compagnie de notre secrétaire nationale, Cécile Duflot. Je ne manquerai pas de saluer votre engagement. Soyez certains de mon soutien, et de celui de tous les Verts.

L'exigence de transparence est, sur ce dossier, indispensable. Les fonds publics n'ont pas pour vocation de servir les intérêts de tel ou tel lobby, encore moins de soutenir des projets dangereux et inutiles. C'est le cas ici : dans leur grande majorité, les consommateurs ne veulent pas de ces plantes à pesticides dans leurs assiettes, les agriculteurs n'en veulent pas dans leur champs. Les OGM n'ont jamais , depuis dix ans qu'on les cultive à grande échelle aux Etats-Unis ou en Amérique du Sud, démontré à quoi ils pouvaient bien servir. Ça ne réduit pas l'usage des pesticides, ça ne protège pas l'environnement et ça gonfle bien davantage le revenu de l'entreprise qui les vend que du producteur qui les achète. Il est plus que temps de regarder la réalité en face.

Vous demandez une expertise indépendante sur la finalité précise du projet de Limagrain. Vous avez raison : seule cette expertise pourra effectivement permettre d'évaluer l'utilité publique de la subvention, utilité dont nous avons des  raisons sérieuses, vous et moi, de douter.

J'ajouterai un dernier mot, à l'adresse de nos partenaires de la majorité au Conseil Régional : les Verts ont plaidé, ces dernières années, pour que des compromis puissent se nouer entre les formations de gauche et les écologistes, pour gouverner ensemble. Et ils ont toujours appelé à ce qu'une fois signés, ces compromis, pris devant les électeurs, soient respectés. Chers partenaires, je le dis fermement : il faut en finir avec cette sale manie qui consiste à prendre, un jour, des engagements devant les électeurs et à les trahir, le lendemain, devant les lobbies, les intérêts économiques ou les mauvaises habitudes.

Les élus Verts ont raison de rappeler leurs partenaires à la raison ; ils doivent être entendus. Au nom du principe de précaution, et  aussi au nom de l'idée que nous nous faisons de la démocratie. »
 

Publié dans Cantal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article