OGM...

Publié le par Vincent Bessat

 
La question des OGM interpelle une nouvelle fois tous les Auvergnats. Le principe de précaution en matière environnementale, de santé publique et d’équilibre économique n’est toujours pas respecté chez notre voisin du Puy de Dôme.
 
De la désinformation à la recherche du sensationnel…
 
Beaucoup de médias nationaux semblent avoir pris parti dans ce débat brûlant… le parti pris de la désinformation et de la recherche systématique du sensationnel : que penser de ces interviews télévisées où l’on fait parler des enfants atteints de la mucoviscidose pour faire croire que les faucheurs volontaires et les anti - OGM se moqueraient de leur santé ?
 
Certaines vérités semblent devoir être rappelées.
 
Tout d’abord, il faut préciser que ces OGM ne sont pas plantés que dans un but de recherche, mais dans le cas présent à des fins de production. Il s’agit pour l’entreprise Méristem de produire de la lipase gastrique. Celle ci a pour objectif d’aider à supporter le traitement médical de la mucoviscidose, mais, en aucun cas, n’a de vertu curative de cette maladie.
 
OGM ? Un choix financier d’entreprise !
 
Mais cette lipase peut être obtenue de toute autre façon : d’abord par la levure, mais aussi, si l’on souhaite l’obtenir par le biais du maïs, par des cultures en milieu fermé. Produire cette lipase, par des OGM et en milieu ouvert, est donc un simple choix d’entreprise, le choix financier d’un groupe privé se moquant des moyens de production plus « doux » et surtout des inquiétudes légitimes des citoyens et des défenseurs de l’environnement.
 
Chaque pied de maïs transgénique produit peu de lipase. Pour satisfaire ses objectifs commerciaux, Méristem met pour objectif, à atteindre d’ici 2012, la mise en culture de…1000 hectares en Auvergne de ces OGM. Le souhaitez-vous ? Avez vous été préalablement consulté ? Voulons nous faire de l’auvergne le grenier OGM de l’Europe ? Est ce là nos choix pour les générations futures ?
 
Les Verts ne s’opposent évidemment pas à la production de lipase gastrique, mais bel et bien à ce mode de production. Aider à guérir les maladies est un fait évident et partagé par tous, mais le mode de production d’un médicament ne doit pas être à l’origine d’autres dangers.
 
Débat et transparence !
 
Les Verts exigent donc que soit tenu, au niveau régional, un grand débat public et appellent à la mobilisation et à la solidarité sur ce thème. Ils rappellent leur opposition à toute culture d’OGM en milieu ouvert et affirment leurs soutiens à tous les Faucheurs Volontaires, qui de jour et à visage découvert, ont détruit la menace que représente les OGM en plein champ. Ainsi, notre solidarité est totale envers ceux qui, de façon aléatoire, sont inquiétés par la justice : D’une part les OGM ne posent pas un problème juridique, mais politique : c’est aux citoyens de trancher ! Et d’autre part, l’arrachage n’est pas une somme d’actes individuels mais l’usage collectif du devoir de désobéissance civique face à un danger potentiel!
Le débat n’appartient pas qu’aux seuls scientifiques, c’est d’un choix de société qu’il s’agit : nous sommes tous spécialiste des questions qui touchent à notre avenir !
 
Pour les Verts Cantal
Le Secrétaire Départemental,
Vincent BESSAT

Publié dans Cantal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article