Hortefeux au Rouget : Réactions...

Publié le par Vincent Bessat

Je vous livre ci-dessous une réaction vive de Lionel Roucan, Vice-Président Vert de la région Auvergne, à propos de la venue du ministre dans la chataigneraie cantalienne et du déploiement inconsidéré de forces de l'ordre. Invités à une inauguration, nombres d'élus, dont Lionel et le président de la région René Souchon, ont boycotté la manifestation...
Je vous livre ici un texte de réaction de Lionel.
undefined
"Petite info.
 
Le Rouget à l’heure de l’apéro.
 
A 11h ce matin nous étions invités à l’inauguration d’une salle communale destinée à la jeunesse, au Rouget. Pour les faibles en géographie, c’est en Châtaigneraie Cantalienne.
On nous annonce la présence du ministre de l’immigration choisie et tutti quanti, bref de Mr Horteufeux lui-même.
Bien sûr nous nous attendions à un branle bas de combat mais pas à ce point.
 
200 gendarmes bouclant la place du marché si paisible le dimanche matin, des barrières en veux tu en voilà, je me fait bloquer au premier passage, je ne suis pas sur la liste des invités, (j’habite à quelques kilomètres et suis vice –président de région et bien sur la région à participé financièrement…), je suis obligé de montrer ma carte d’élu pour passer.
 
Je rêve ! J’ai peut-être frôlé le test ADN.
 
Beaucoup plus loin en contre bas je retrouve un attroupement d’élus locaux, qui commencent à regarder l’heure, mais pas un seul habitant pour inaugurer un bâtiment public, un centre destiné aux jeunes, pas de jeunes ! Tous mis à l’écart par les forces de l’ordre. Au loin une manifestation pour soutenir des sans papiers récemment expulsés : pas un bruit, pas un son.
 
Au loin les trublions !
 
Le ministre arrive par la voie des airs, la première fois qu’un hélicoptère se pose sur le terrain de foot du Rouget, désenclavement quand tu nous tiens.
 
Devant cette situation, les élus de majorité régionale, sur l’impulsion de leur président, décident de quitter les lieux après avoir signifier au ministre notre mécontentement et notre désapprobation devant de telles pratiques anti républicaines, qui visent à isoler les élus de la population, à grand renfort de gendarmes et d’arrivée en hélicoptère. Donc nous boycottons la désormais fameuse inauguration.
 
A bon entendeur salut !
 
En tout cas la république qui se permet ça, ce n’est pas ma république, la mienne est évidement plus respectueuse des citoyens et ne craint pas leur proximité. Lionel ROUCAN"

Publié dans Cantal

Commenter cet article